Guy Verville, écrivain

Récemment, dans les promenades

2017/02/12Je me souviens

Ce week-end, je suis allé voir mes parents. Puisque je n’ai pas de voiture, parce que je n’aime pas vraiment faire de la route et aussi « parce que je suis un gars » de ricaner ma sœur Dominique qui m’accompagnait, je ne vais pas souvent à Sainte-Croix, le village de mon enfance.

Lire la suite

2017/02/06Marcher Montréal

Dimanche matin, je me décide à quitter l'appartement, sous la chape d'un léger mal de tête. Le ciel est gris, l'air humide si bien qu'on ne se sent pas tout de suite confortable même si le but premier de cette marche est de prendre son plein bol d'air frais. Je plonge dans le métro pour en ressortir à la station Place d'Armes. Direction le Vieux-Port.

Lire la suite

2017/02/02Apprendre à déposer son verre

J’ai assisté ce midi à une conférence au bureau sur la gestion du stress. Nous étions un peu plus d’une vingtaine dans la salle principale de la compagnie, tandis que le système de vidéoconférence permettait à trois de nos collègues de Gatineau d’assister à la même présentation.

Lire la suite

2017/01/22Sans ailes

Il faisait très froid, il y a une semaine. C’était un dimanche, je suis allé faire quelques courses à l’épicerie du quartier. Le soleil, bien présent, ne pouvait rien contre le vent glacial. Là, sur le trottoir, ces ailes, probablement un oiseau déjà faible qu’un chat aura tôt fait d’achever, n’emportant que ce qui pouvait vraiment satisfaire sa faim. 

Lire la suite

2017/01/15Mercure Mapplethorpe

On m’a emmené au Musée des beaux-arts, hier, pour voir l’exposition sur Mapplethorpe. Photographe baignant dans le dynamisme new-yorkais des années 70 et 80, l’homme s’est rendu célèbre pour ses photographies sexuelles provocantes. 

Lire la suite

2017/01/10Chanter entre les jambes et les synapses

Il vente très fort ce soir. Cela ressemble à une soudaine tempête que les météorologues n’auront pas vue venir. Je m’étais assoupi après ma journée de travail et les bourrasques contre ma fenêtre m’ont réveillé. Je me suis alors installé au piano, ai plaqué quelques accords et, comme depuis quelques semaines, j’ai fait des sauts de quinte. Du do au si, deux octaves plus hautes.

Lire la suite

#003363
#1a3958