Écrivain | Guy Verville

Guy Verville, écrivain

Récemment, dans les promenades

2019/01/01Comme l'orange d'une clémentine

Cet après-midi, j’ai pu passer l’aspirateur dans la grande pièce et j’en ai profité pour chasser la poussière dans ma chambre et dans la cuisine. Nous sommes le Premier de l’an. Le soleil s’affaisse encore très tôt. C’est à ce moment que j’ai vu cette lumière que j’aime tant. Si j’ai un regret de ne plus travailler à la maison est bien celui de ne plus pouvoir témoigner du soleil qui baigne en après-midi ma cuisine.

Lire la suite

2018/12/22Entre le bonheur et la satisfaction

L’être humain, on le sait, cherche le bonheur. Le chemin qui y mène est difficile, juché de bonnes intentions et d’embûches. Des entreprises font des pieds et des mains pour rendre leurs employés heureux jusqu’à créer des postes de directeur du bonheur, à promouvoir comme valeur le « fun » au travail.

Lire la suite

2018/12/16Après le party

Vendredi soir avait lieu le party de Noël de la compagnie. Comme tous les ans, la fête fut généreuse. Cocktail dînatoire et profusion d’alcool. Le rire n’est pas juste facile ainsi, le bonheur de travailler ensemble existe réellement, je crois, au sein de Spiria.

Lire la suite

2018/12/02Respirer par le nez

Qui ne s’est pas fait dire au moins une fois dans sa vie de respirer par le nez? Cet appel au calme cache une bien simple sagesse. J’ai téléchargé dernièrement une application de méditation, intrigué par les bonnes critiques qu’elle reçoit. Depuis, presque tous les matins, et parfois le soir quand je n’arrive pas à dormir, je lance l’application qui me propose un exercice de dix minutes ou un véritable conte pour dormir (bien plus une avalanche de tant de mots qu’on en finit par en perdre le nord de la conscience).

Lire la suite

2018/11/25La goutte d'eau qui ne voulait pas se dissoudre

Qu’est-ce que la vie? Il est des penseurs pour cogiter inlassablement cette question, tel Karl Friston (qui a mon âge, mais qui possède un indice h, vraiment, mais vraiment supérieur au mien… En fait, mon indice de Hirsch est nul!)

Lire la suite

2018/11/18Tous les marins

J’ai passé beaucoup de temps dans mon lit, il me semble, depuis un an ou deux. J’ai laissé Neptune m’enseigner les leçons de l’invisibilité, ou plutôt l’art d’écouter le grand Rien/Tout — on ne saura peut-être jamais comment nommer notre ignorance —. J’ai ensuite patiemment écouté Saturne me rappeler que j’étais à ce stade de l’existence ou ce qui se crée est un souvenir de ce qui l’a déjà été. C’est au tour, de Jupiter, qui veut que je gonfle mes voiles.

Lire la suite

#003363
#1a3958