Troublant

J’ai lu ce roman en quelques jours pendant mes vacances (OK, je l’avais commencé un peu avant, ne pouvant plus attendre). Les vacances à la place sont un moment idéal pour bien encaisser cette histoire très bien racontée et très bien ficelée de Guy Verville, mais aussi très troublante.

D’abord, j’avoue que je suis un fan de l’auteur, ayant lu tous ses titres avec le plus grand des plaisirs.

Fin observateur de l’humanité, il cerne ses personnages avec doigté. Ceux-ci sont aussi imparfaits qu’attachants, aussi véritables que menteurs, aussi bons qu’égoïstes. Ils ne sont ni tout à fait blancs, ni tout à fait noirs, mais résolument gris. Cela les rend crédibles.

Le titre Falaise est une belle métaphore pour la chute d’une famille dysfonctionnelle, comme on en connaît tous. Diane, Rose, Héloïse, Serj, Xavier et Philippe cultivent chacun un jardin secret, en plus de partager un secret de famille. Le tout éclate au grand jour après le décès de leur père quand il faut prendre connaissance de son testament. Et même là, on sent que ces révélations ne sont pas entières, la transparence n’est pas totale. On ne connaîtra jamais les sentiments réels que les uns ont envers les autres, surtout ceux des enfants envers leurs parents. Le non-dit est très révélateur dans ce merveilleux texte, car souvent ce qu’on dit n’a pas tant de signification que ce qu’on ressent.

Je recommande cette lecture sans hésitation.

Source

#1a3958
#1a3958