Cinq minutes assis en silence

2017/12/09

C’est une lutte de tous les instants que de réaliser que la vie apporte la mort en retour. La réalité est impitoyable comme un mystère. On s’y plie où on s’y casse tandis que les philosophes se noient dans leur propre sang de mots, que les prophètes croient dur comme leurs os que ce qui est n’est pas ce qui devrait, que les artistes et les clowns endimanchent leurs béquilles et que les autres, simples gens ou diplômés de savoir-faire, s’émerveillent plus qu’à leur faim à la bonne sagesse de ce qui leur apparaît normal d’entreprendre.

Vivre prend du courage. Il faut d’abord se mentir, vivre avec ce crime. Il faut ensuite s’en faire une chanson, un art. C’est la condition non pas seulement humaine, mais de tout être qui paraît se mouvoir. Heureuses les choses qui s’érodent plus lentement que nous ?

Est-ce vraiment une gloire que de se savoir mortel ? Est-ce vraiment noble de faire comme si rien n’arrivait ? À quoi bon si on ne comprend rien ? Surtout à quoi bon persister à tuer son prochain ? Ne sommes-nous pas dans cette même barque jetée sur un océan d’ignorance ?

Parfois je me dis que nous sommes de bien mauvais acteurs à prétendre connaître le succès alors que, devant nous, la salle est éternellement vide. Je me dis aussi qu’il est prétentieux de se vouloir compliquer la vie alors que nous avons peine à la comprendre. Où s’en va-t-on ?

Notre intuition serait la bonne ? Notre logique naturellement imparable ? Il y aurait autre chose au-delà ? Mais au-delà de quoi au juste ? De notre conscience ridicule dans son individualité ou de cet univers infini à expliquer et explorer ?

Cinq minutes assis en silence, à respirer, et les certitudes s’effilochent devant moi. Une étrange paix émerge dans cette caverne bruissante de ma pensée, une paix qui ne me rend pas heureux, car le bonheur est une décoration,  qui ne me rend pas malheureux, car le malheur n’est que l’ombre d’une lumière, une paix vertigineuse que je suis incapable de cerner. Cela semble très bien ainsi. Mais pourquoi ?

Je n’arrive pas à conclure que ça ne sert à rien. Je suis étonné. Voilà. Encore saisi d’émerveillement et crainte. Qui suis-je ?

h h h
2017/08/26 Vous rêvez ?
2017/08/22 Je marche
2017/08/19 Le son
2017/08/13 Où aller ?
2017/05/21 À mes parents
2017/03/02 58
2017/02/12 Je me souviens
2016/10/29 Le petit bonheur
2016/10/21 L'anticouleur
2016/10/20 Éphémères
2016/08/27 Ce vœu
2016/08/20 L'oeil-oreille
2016/08/11 L'arbre
2016/08/07 L’envol
2016/07/09 Lueurs
2016/07/02 Le temps
2016/05/28 Graver
2016/05/01 Marcher seul
2016/04/04 Ara
2016/03/26 Moi et Neptune
2016/02/27 280
2016/02/13 Le jeune fou
2015/12/20 Les loose ends
2015/09/21 Le mur
2015/07/01 Le cordonnier
2015/06/27 Les singes
2015/05/24 Invisible
2015/03/07 Friable
2014/11/16 Sex-shop
2014/11/02 Falaise, phase 3
2014/09/30 La vie ordinaire
2014/09/28 Nos saisons
2014/04/12 Traduire?
2014/03/22 Quatre-vingts
2014/02/23 Sans demeure
2013/10/12 De la volonté
2013/09/15 Aboulie
2013/06/30 L'attente
2013/04/06 VLB Éditeur
2013/03/29 Youkali
2013/03/09 L'ami invisible
2013/03/06 Les tiroirs
2013/03/01 23:14
2013/01/06 Fourmis
2013/01/05 Palimpseste
2012/06/14 Le vide
2012/06/09 Orages
2012/06/08 Le contrepoint
2012/06/06 Je suis
2012/06/02 Quelqu'un lit
2012/04/08 Sensible
2012/04/05 Troisième refus
2012/03/23 Faux koan
2012/03/19 Leur papa
2012/03/06 Pikaia
2012/03/05 Les regards
2012/03/04 Pain quotidien
2012/03/02 Le rythme
2012/02/29 Les légendes
2012/02/28 La roue
2012/02/28 Fou à lier
2012/02/27 Second refus
2012/02/24 Fin de neige
2012/01/20 Faire
2012/01/19 La voix
2012/01/11 Premier refus
2012/01/10 Gestoir
2012/01/01 Ne pas oublier
2011/12/31 Le petit chien
2011/12/29 Froid de canard
2011/11/15 Les invisibles
2011/11/14 Amour Amours
2011/11/13 Sommes-nous ?
2011/11/12 L'amitié
2011/10/25 Atteindre
2011/10/23 De la modestie
2011/10/22 Point final
2011/10/21 Les illusions