Billets récents

Est-ce ça vieillir?

Je concentrais mon regard sur rien qui vaille. Il pleuvait toujours en début de soirée, il faisait de ce petit froid qui appesantit la vessie, chatouille le nez et indispose la gorge. Au bureau, le système de climatisation n’a pas aidé, incapable de se décider entre le printemps, l’hiver, peut-être même l’automne.

Une journée de bureau donc, à l’avenant. Et moi de traîner ma petite fatigue vers la répétition de chorale, les yeux lourds, la pensée toujours accrochée à son angoisse ou sa fatigue. Je m’endormais, je m’endors encore, vingt-quatre heures plus tard. Le froid n’a pas encore lâché prise, mais on nous promet un de ces quinze degrés Celcius qui redonneront le sourire aux citadins et aux oisifs. Il fait d’ailleurs beau soleil. La Terre et la vie tournent.

Une autre journée de bureau donc. Une autre accumulation de fatigue. Ensuite, trente minutes à décortiquer les exercices vocaux de plus en plus sophistiqués de la méthode Concone. Un autre trente minutes à m’égosiller sur un air de Totsi, mes yeux fixés sur ce beau chant, mais mon oreille qui me chante toujours la note juste un peu trop haut. Ça m’exaspère. J’ai bel et bien l’impression d’avoir frappé le mur de mes capacités à ce niveau, mécanique dans mon chant, sourd à la mélodie.

La fatigue donc, la reconnaissable sensation de me maintenir dans un équilibre qui a peur de son propre vertige. Si je sais prendre de larges respirations, si j’arrive à calmer mon cœur, il y a quand même au bout de mes pensées, à l’extrémité de mes doigts, le réflexe de broyer du noir, du poivre.

Je ne semble pouvoir écrire que pour me plaindre. J’en suis le premier à m’attrister. J’ai pourtant la capacité de rire avec les gens. En fait, je ne ris qu’avec les gens, je ne suis bien qu’appuyé contre les âmes, entouré de l’intense amitié de cet homme du rez-de-chaussée, accompagné également par la belle camaraderie de mes coéquipiers de travail, nourri de la présence des chanteurs de Ganymède. Je me satisfais cette solitude qui n’en est pas une. Je suis toujours, cependant, à l’affut d’un regard, d’une promesse avant de me raisonner et de me dire qu’à trop vouloir chercher, on ne trouve forcément rien.

Je ne sais comment dire, car je sais tout ça.

J’ai tout ça et je n’ai rien. À le dire, je me calme et m’apaise. Et je poursuis la rumination comme une mauvaise digestion arrive à mélanger l’acidité de l’estomac aux raisonnements de la cervelle.

Quel est ce feu noir qui me réchauffe et refroidit le cœur ? Est-ce cela vieillir ?

Classé dans :vieillir

h h h
<<Traduire?
2014/04/12
Quatre-vingts>>
2014/03/22
#3c2c2c
#404343