Billets récents

Faut pas oublier le derrière

Chanter m’est devenu ardu, et c’est normal. Je ne sais plus comment me placer. S’il me faut déployer mon dos, le soulever, étirer la nuque, avancer la gueule comme un bêta, il ne faut surtout pas que j’oublie le derrière trop ressorti et que je dois rentrer comme si j’avais un dix cents à retenir avec la raie des fesses. Et, la cerise sur le sundae, je dois chanter librement !

Mais ce n’est pas tout. Je veux trop bien faire, je veux que cela soit parfait. Je le déclare d’emblée à mon professeur qui me confirme que ce que je fais n’est pas beau... mais correct au niveau où j’en suis, et que tout ça est normal. Qu’il est bon pour moi (« Je suis payé pour ça, me répond-il, narquois. »)

J’assimile les pensées, j’intellectualise à merveille ce qu’il faut faire et ça ne donne strictement rien. Tout est dans ma tête renchérit de manière à peine voilée mon patient professeur.

Et ces foutues graves ! J’y arrive à peine (mais j’y arriverai). Or, voilà que Vincent m’annonce qu’il considère que je devrais pouvoir faire un contre si. Misère du saint Ciel des chanteurs ! Si haut que ça ? Déjà qu’il faut que je m’occupe de mon derrière !

Je sais où tout cela doit m’amener. Apprendre à chanter, c’est comme faire des rénovations. Il faut abattre les vieilles structures, les obstinés réflexes pour que ce qui soit rebâti ne soit pas que du cache-misère. Et viendra un jour où je ne penserai plus au derrière, à la cage thoracique, au cou Pinocchio. J’espère pour le printemps, car, en théorie, j’ai un examen à passer (c’est l’objectif fixé). Alors, en mai, je pourrai chanter ce qui suit, une pièce de Fauré que je dois apprendre. On dirait presque du Vigneault. C’est du Fauré à ses débuts, un peu bonbon, très français. Ça va me changer de l’italien !

Je dois également apprendre cette jolie pièce d’Ernest Chausson. L’interprétation ci-dessous est particulière, chantée par une anglophone qui déforme trop le français. Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai aimé l’attitude de la chanteuse, à la fois timide et sentie.

Si on préfère une diva :

Ces deux pièces ayant la particularité de plonger parfois dans les graves. Rien n’est gratuit dans ce cours, tout sert à quelque chose! Merci Vincent ! (je sais, tu es payé pour ça... pfff)

 

Classé dans :chant

h h h
<<Le combat
2012/10/08
Fenêtre sur soi>>
2012/10/04
#1a3958
#1a3958