La caissière et son psoriasis

La caissière me sourit et commence à passer les objets en face du scanneur. Elle s’arrête devant ma bouteille de shampooing contre le psoriasis.

« Ah ! c’est nouveau ça, shampooing conditionneur. Faut que j’essaie ça. »

Elle aurait dit « Ah ! Des préservatifs de taille moyenne » et ç’aurait eu le même effet parmi les autres clients qui attendent derrière moi.

Je réponds : « Oui, c’est nouveau. Je n’ai pas tant de psoriasis que ça (et c’est vrai, mais c’était plutôt pour dire que ma queue n’était pas si moyenne que ça, m’enfin, oui, elle est moyenne, mais elle fait sa job. Un gars a sa fierté tout de même), mais je trouve que les shampooings de ce genre ont tendance à assécher le cheveu. »

Je disais n’importe quoi, car j’ai plutôt la manie d’acheter ce qui est neuf, juste pour le plaisir de l’essayer. Je ne dirais pas que je vais racheter un produit juste parce qu’on en a changé son étiquette, mais c’est à peu près ça.

J’ajoute : « J’ai plutôt du psoriasis autour des yeux. Mais c’est léger. »

La caissière prend le relais : « Moi, c’est terrible. J’ai de grosses plaques sur le cuir chevelu, dans les oreilles, et... »

Dans ma tête, je ne veux pas savoir si elle en a plus bas.

et à l’arrière du cou. »

Je suis certain que les clients entendent tout et sourient.

« C’est le stress, il paraît », conclus-je.

« Pour ça... », répond-elle.

J’imagine les clients, derrière moi, opiner de la tête.

Bref, la caissière de chez Jean-Coutu souffre d’un psoriasis sévère, mais ça ne paraît vraiment pas. C’est fou comme la pharmacopée cosmétique fait bien les choses.

Classé dans :Jean-Coutupsoriasis

h h h
<<Comme si
2012/02/10
Le roman navire>>
2012/02/06
#687183
#957a7d