Billets récents

Le silence de nos théâtres

Petite promenade sous un ciel gris automnal. J'habite tout près de la métropolitaine, cette longue trainée bétonnée que des gens accélérés empruntent quotidiennement. Puisque je travaille de chez moi, je perds vite conscience de l'énervement matinal, un peu comme si je vivais à la campagne, loin de la productivité citadine. Les visages que je croise sont concentrés, les regards déjà rivés au babillard des choses à faire durant la journée.

Le choc doit quand même être important pour tous ces esprits qui, il y a à peine une heure ou deux, tentaient de comprendre le monde à travers leurs rêves. Il m'arrive aussi parfois de ne pas vouloir me réveiller, de refuser la nécessité. Le choc est sûrement grand, car de ces jours qui s'accumulent, qui besognent, on en garde peu de traces. On rêve tout le temps au week-end ou on s'imagine que notre vraie vie se joue ailleurs, dans un théâtre silencieux, rempli des échos de nos coeurs abattus.

h h h
Laideur tranquille>>
2011/11/07
#1a3958
#1a3958