Billets récents

Nos vies secrètes, nos images, notre richesse

La vie m'a encore mangé vingt-quatre heures. Ce matin, j'étais plus nerveux que d'habitude, m'apercevant que des transactions financières tardaient, que j'avais oublié moi-même de faire une déclaration au Grand Ministère du Revenu (mes taxes à rembourser en tant que travailleur autonome). J'aurai une pénalité, le gouvernement ne se gêne pas pour vous facturer à la seconde près votre retard, il est pire que n'importe lequel usurier.

La vie m'a encore mangé quelques heures, ou plutôt, j'ai encore le ventre plein de la veille. Je me demande si nous arrivons à tout digéré de nos jours ; si nous ne possédions pas un vaste estomac qui prend son temps et qui nous régurgite aléatoirement des rêves durant la nuit, des cauchemars pendant le jour. Il y a des ainsi des journées où on préférerait ne pas connaître le réveil alors que, pour d'autres, la nuit nous paraît interminable.

Nos vies secrètes, nos images, notre richesse, nous avons peine à les concevoir, les appréhender. Je mets en pages, ces jours-ci, un livre de programmation neurolinguistique (PNL), écrit par une dame, une motivatrice comme on en connaît beaucoup. Elle me semble sincère, or ce qu'elle dit est parfois d'un trivial, qu'il faut constamment se convaincre que ça ira bien, que notre pensée peut tout, ou déforme tout (c'est la même chose), que nos pensées négatives peuvent nous mener au cancer (il n'y a pas qu'elle pour l'affirmer, certains médecins commencent à le dire alors que les anciens shamans en étaient déjà tout à fait convaincus).

Moi aussi, j'en suis certain, nous sommes maîtres de notre destin, même si celui-ci nous échappe la plupart du temps. Vivre entièrement sa vie ? La belle affaire. Ne sommes-nous pas les premiers à nous enjoindre de nous taire ? À nous convaincre que nos passions passeront ?

h h h
<<En quête
2011/11/05
#1a3958
#1a3958