Notre feu | Guy Verville
picture for Notre feu

Notre feu

J’ai été particulièrement malade pendant un mois. Tout d’abord une angine partielle de la gorge qui m’a fait maigrir de deux kilos tant je ne pouvais avaler quoi que ce soit. Puis, deux semaines plus tard, de mystérieuses montées de fièvre frôlant les quarante degrés, précédées de tremblements à m’en faire bloquer les reins. L’appétit disparut également. Mon médecin n’y vit qu’une grippe somme toute asymptomatique. Un peu plus de deux autres kilos de perdus, mais l’appétit est depuis revenu sans pour autant que je ne puisse avaler de grandes quantités de nourriture.

Mon patron m’a trouvé distant depuis un mois. Il comprend que j’ai été malade, mais son sentiment allait au-delà de ça. Je l’ai rassuré. S’il y a distance, c’est peut-être dans mon souhait de frugalité et de simplicité. Mon ciel ne se trompe pas. Il m’avait averti de ce retour saturnien que tous ont autour de cinquante-huit, cinquante-neuf ans.

Le temps passe, rien ne sert de courir, mais de marcher à point. Je me suis procuré une application de méditation. Si mon cerveau connaît tous les principes zen et non-zen de la pleine conscience, il n’en est pas nécessairement apte à se les imposer. Mon corps d’ailleurs, qui est aussi le sien, le lui a rappelé. Rien ne sert de penser si tu ne respires à point.

Je ne suis pas distant, j’apprends sans doute à me détacher, ce qui ne signifie pas que je ne m’implique pas.

Moi, mes pensées et mes gestes sont autant de tempêtes affolées par le trou noir de la vérité. Je tente dans ma vaine volonté, tel un jeune danseur, de tourner autour de ce poteau glissant de l’existence.

Heureusement qu’il y a la musique, la respiration, les gestes lents d’un yoga autrefois appris. Rien ne se perd quand on apprend, tout se recrée jusqu’à nous y trouvions notre rythme autour de notre feu.

Commenter

h h h
#2b1d19
#6277a4