Billets récents

Si Dieu est lumière, il est peu

On accorde bien de l’importance à la lumière. Avec nos yeux étroits, nous nous pâmons pour une lueur, une fleur, un soleil ou un volcan. La lune aura apeuré des générations d’âme, les éclairs auront sermonné quantité d’esprits, des légions de princes et de rois auront arboré or et argent et ainsi soumis des peuples entiers par la seule démonstration d’un éclat.

Or, la lumière, si puissante fût-elle, est en un clin d’œil occulté par n’importe quelle pierre, par le premier objet dense venu. Les photons s’arrêtent net, absorbés par l’opacité des choses.

Du moins, c’est notre perception. Notre univers quotidien est fait de reflets trompeurs, d’illusions d’optique. Et que dire des autres, ces chiens qui voient en noir et blanc, ces papillons nocturnes qui reniflent plus qu’ils ne regardent, ces chauves-souris qui perçoivent le chemin par l’écho qu’il produit. Au final, si Dieu est Lumière, il est peu.

La matière est un kaléidoscope de densités diverses. De ce jeu naît la radiation qui, en paliers successifs d’ondes, s’étale et gonfle. Il ne faut pas se surprendre d’y perdre son latin. Il n’y aurait pas de lumière sans son absence, pas d’émerveillement sans cette présence sans nom qu’on nomme, à défaut d’une meilleure compréhension, l’Univers. Ne ressentez-vous pas la vibration incessante du marteau contre l’enclume ?

Percevoir au-delà des contrastes, au-delà des ombres chinoises, au-delà des lueurs platoniques, cela commence par fermer les yeux pour que, avant qu’elle n’atteigne le cerveau, la lumière soit stoppée aux portes de notre entendement. Remettez en doute vos perceptions, regardez autrement, n’obéissez plus à ces idées lumineuses qui vous poussent à tuer et à juger. Vous nagez dans une belle innocence. Puissiez-vous y trouver votre soif et votre délire perdu d’enfant.

Classé dans :dieufoilumière

h h h
#200a04
#792a11