Un concert dit contemporain

Modifié le : 2016/09/16

J'ai assisté, vendredi dernier, à un concert où «performait», c'est le cas de le dire, mon professeur Vincent Ranallo. Le programme tournait entièrement autour de quatre œuvres de Xenakis, et, pour conclusion, une composition du québécois Gabriel Dufour-Laperrière, le tout sous le chapeau de l'ECM

Il y a longtemps que je n'avais pas été « confronté » à de la musique contemporaine. Je ne connaissais pas plus que ça l'œuvre de Xenakis, figure de proue de l'exploration musicale de la moitié du XXe siècle.

Si les œuvres pour percussions m'ont impressionné, si les prouesses vocales de Vincent rendaient à merveille l'esprit d'une pièce qui m'échappait (tout le paradoxe des œuvres contemporaines, je crois), si la composition de l'élégant Dufour-Laperrière (je suis superficiel, je sais) s'écoutait, et si le public BCBG-BOBO-étudiants-hipsters a crié bravo en restant bien assis dans ses fauteuils, je suis sorti, moi, de l'expérience musicale, avec une étrange fatigue de l'esprit.

Mon professeur me promettait un concert « sauvage » et original. D'emblée, au programme, j'étais averti qu'il n'y avait d'animalité que dans l'expression cérébrale de celle-ci quand on pouvait lire qu'Alice Ronfard signait une « mise en espace ». Parfois, à défaut de nommer simplement les choses, ou parce qu'il faut justifier son cachet, on dit félin au lieu de crier au chat. Un souci plus grand dans l'équilibre sonore aurait d'ailleurs été apprécié, car on perdait parfois les subtilités vocales de Vincent, au profit d'une percussion omniprésente, belle certes, mais trop bruyante. La mise en espace a quelque peu occulté la mise en sons. 

Je ne veux pas être sévère. J'ai aimé ma soirée, mais je crois que la musique de Xenakis a tout simplement vieilli et l'œuvre de Dufour-Laperrière s'inscrit dans la lignée bureaucratique et subventionnée des conceptualisations d'une musique contemporaine qui se veut exploratrice, mais qui stresserait n'importe laquelle vache laitière qui ne demande qu'à donner. On a envie de leur dire à tous ces compositeurs qu'il faut passer à autre chose, revenir au vrai cri, pas juste tenter de le peindre, de sortir des cases des ruptures pour communier davantage avec l'humanité.

Il me semble que l'âme n'y est pas. Peut-être ai-je été trop imprégné des explorations animales et sonores d'une Meredith Monk pour apprécier la recherche quantique des musiciens tels Xenakis, dont les œuvres, au final, m'ont invariablement ramené vers le théâtre chinois, japonais, saupoudré d'ancienneté grecque et balinaise, une forme de redite, relecture-tralalère.

Tout cela se tenait, entendons-nous bien, tout cela était professionnel et exigeant. Tout cela « sonnait ». Et qui suis-je pour parler ainsi ? Rien que rien. Et je ne comprends sans doute rien que rien. La musique « pop » n'est pas meilleure à mes yeux, est sans doute pire à mes oreilles. Des compositeurs plus « simples », « zen » sont apparus dans le décor de la musique contemporaine, des Pärt, Lauridsen, Tavener, Glass, qui me semblent être collés davantage à la peau et au rythme des hommes. Eux, je les réécoute volontiers. C'est plus facile, sans doute...

Si j'hume l'air du temps, je me dis que les esprits, mais surtout les cœurs, ont besoin de direction, de sens, de philosophie. Tout cela me semblait absent durant cette soirée et ce n'est pas plus mal. Je suis un inculte, bien sûr, et on me rétorquera que l'un n'empêche pas l'autre, qu'il y a place pour tout.

Certes.

J'admire ces gens qui ont donné ce concert. Ils sont passionnés, entiers, et convaincants dans ce créneau fort ténu. Pour en connaître un, je sais toute la profondeur que ce travail exige et la qualité de leur interprétation est indéniable.

J'en dis long finalement sur le vide ressenti. Sans doute mon propos n'a rien à voir avec ce concert après tout.

h h h
<<Les tiroirs
2013/03/06
23:14>>
2013/03/01
#1a3958
#1a3958