Univers

Ai dormi une partie de la journée, encore appesanti par le bon repas de Noël et les plaisirs qui en découlèrent. Entre ces périodes inconscientes, j’en ai profité pour passer au travers de la dernière moitié d’un livre fort intéressant, The Universe Within, de Neil Turok.

L’auteur, un physicien de renom, nous raconte la genèse de la physique quantique. Dans un style accessible à tous (enfin, faut quand même se concentrer...), Turok résume plus de deux siècles de découvertes (de Newton à aujourd’hui) en matière de connaissance du cosmos. C’est fort informatif, parfois ardu tout de même et bien qu’il nous épargne la mathématique, on en arrive à comprendre les divers fondements actuels qui gouvernent les diverses théories.

Tout au long de l’ouvrage, Turok discourt en parallèle sur l’importance de l’éducation, sur la valeur de la science, la démocratisation du savoir, etc. (il est lui-même d’origine sud-africaine, son père ayant fui les exactions de l’apartheid.) Il cherche également à nous démontrer que nous sommes à un point tournant de la connaissance. Nous savons tous que les découvertes des années 20 ont bouleversé notre manière d’exister, ne serait-ce que par l’apparition quasi exponentielle de la technologie des ordinateurs, conséquence directe de la compréhension des mécanismes physiques faite durant cette période glorieuse.

Le livre fait pourtant état des limites de cette connaissance même si, dans très peu de temps, nous pourrions savoir si l’univers provient d’un grand bang ou s’il est mu par un incommensurable mouvement de balancier (le satellite Planck est en train d’écouter pour nous le bruit de fond de l’univers, les résultats arriveront en 2013). 70 % de l’univers est composé d’un vide qui... possède une grande énergie. Un autre 20 % de l’univers est composé de « matière noire ». Et à l’intérieur du petit 10 % restant est comprise la matière telle que nous la connaissons. 

Dans une avenir pas si lointain, on sera capable de construire des ordinateurs quantiques qui seront de fabuleuses et monstrueuses machines à calculer (le plus complexe des mots de passe sera résolu en moins d’une seconde alors qu’il est estimé qu’avec nos ordinateurs actuels, cela prendrait l’éternité pour le mettre au jour). Ce n’est pas vraiment de la science-fiction imaginée par un auteur qui s’emporte. L’auteur est, je le rappelle, pas un deux de pique...

Des transformations arrivent donc à notre porte. En ce moment, peu nous montre que nous sommes prêts à y faire face. Que pouvons-nous faire ? C’est ce que les derniers chapitres nous distillent. Si le discours de l’auteur peut paraître, à ce stade, usé, tellement on l’a entendu, je crois que Turok l’exprime tout de même de façon pertinente. Nous sommes à l’orée d’une collision entre notre monde analogue (biologique, formel) et le monde numérique (ADN, la connaissance tous azimuts, sans filtre, entre la magie et Frankenstein. Les ordinateurs quantiques ne sont pas capables, par eux-mêmes, de se « reproduire », ou de recopier l’information, mais ils seront des glaives au tranchant anhililateur dans les mains des individus qui les contrôleront. À mots couverts, Turok nous met en garde. Même s’il demeure optimiste, il craint pour notre santé mentale. Notre connaissance est vaste, magnifique, mais elle se bute encore aux grandes questions (l’éternel pourquoi). Il est de notre devoir, en tant qu’espèce vivante qui prend conscience de sa place dans l’univers, de ne pas sombrer dans le désordre, sinon, ce que nous aurons acquis l’aura peut-être été en vain.

En résumé, il est temps que la science reprenne le dialogue avec la société, qu’elle ne soit pas seulement une source de technicité, mais un moyen de nous faire évoluer vers un univers intérieur à l’image et l’échelle de ce qui nous entoure. J’espère que Harper a reçu une copie de ce livre (je peux toujours rêver, je sais).

h h h
#1a3958
#1a3958