Voir autre chose

Tout près du Village, au parc Émilie-Gamelin, un labyrinthe coloré a fait son apparition. Je ne sais si l’installation est terminée ou si elle a été conçue ainsi, pur art abstrait se voulant probablement une rupture avec le paysage quotidien comme on écrit souvent pour ne rien expliquer.

L’effet est cependant joli, notamment à la brunante et la grisaille météorologiquement annoncée. Un homme chaudement habillé y trainait d’ailleurs, semblait y trouver son compte. Il passait de panneau en panneau, demeurait bien droit devant chacun, regardait au travers, puis changeait de couleurs. Peut-être y voyait-il des fées et, les yeux mouillés de bonheur, des feux d’artifice. Les enfants d’une petite famille gambadaient eux aussi tandis que les parents les prenaient en photos. Des policiers qui ne trainaient pas loin avaient sûrement nettoyé la place, car on n’y trouvait aucun gueux. À moins que ces derniers ne pussent tout simplement pas tolérer cette légèreté artistique.

Moi, après avoir croqué la scène et alourdi de mes sacs d’épicerie, je suis passé au travers du labyrinthe. La lumière se veut belle, la nuit tombant, comme pour ces adieux qui sont autant de promesses d’au revoir.

Classé dans :Montréal

h h h
<<La mort en vitrine
2011/12/06
Les petits pas>>
2011/12/04
#1a3958
#1a3958