Falaise (Mailles sanguines) | Guy Verville

Terme : “Falaise (Mailles sanguines)” (55)

Vivre ses symboles

Mes fins de semaine sont une longue succession de petits ménages, de mises à la poubelle. Trop d’objets et de papiers qui ne servent qu’à remplir l’espace d’un appartement trop grand pour moi. En cherchant dans mes classeurs, j’ai pris une pause pour explorer mes vieux dossiers astrologiques. Ce passe-temps tranquille date d’une quarantaine d’années, et comme je le disais dans le billet précédent, j’ai depuis quelque temps tendance à renouer avec cette fascination qu’ont les êtres humains à vouloir comprendre leur existence en la parabolant avec la mobilité des astres. — 2018/02/17

Je me souviens

Ce week-end, je suis allé voir mes parents. Puisque je n’ai pas de voiture, parce que je n’aime pas vraiment faire de la route et aussi « parce que je suis un gars » de ricaner ma sœur Dominique qui m’accompagnait, je ne vais pas souvent à Sainte-Croix, le village de mon enfance. — 2017/02/12

Remise du manuscrit

Ai retourné ce matin le manuscrit à mon éditrice. Voilà maintenant douze jours que je consacrais la plupart de mon temps libre à revoir non pas un seul manuscrit, mais deux. — 2014/09/22

Il ira comme le vent, je l'espère

Il ira comme le vent, je l'espère, ce livre, ce Falaise. J'ai rencontré cet après-midi mon éditrice, Annie Goulet. Elle voulait me remettre le manuscrit révisé. Il y a d'innombrables petites corrections, des petites choses qui ne sont, en réalité, pour la plupart, que les subtiles imperfections d'un texte maintes fois lu et remanié. — 2014/09/10

Falaise

Les mailles sanguines ne verra pas le jour. Du moins, pas sous ce titre. Cette semaine, mon éditrice m'a proposé un autre titre: Falaise. — 2014/08/23

L'averse du temps

Le temps ne s’arrête pas. Il est vide en ce moment et à la fois plein. Vide parce qu’il ne semble pas indiquer la direction de ma vie, plein parce que, évidemment, sans que je fasse d’effort, sans que je puisse, de toute manière, lutter contre ce fait, le temps file entre mes doigts. — 2014/07/27

De l'acné et autres douleurs de l'âme

Encore une autre saison. Déjà une moitié d'année accumulée derrière la cravate. Le printemps nous a finalement livré l'été et les choses vont rondement pour moi. Intensément aussi. Ai dans le coeur des émotions contradictoires comme si le bonheur découlait d'une suite de réflexions et d'actes interchangeables. — 2014/06/28

Traduire?

Je discutais de mon roman, hier soir, avec un choriste, en attendant d’aller en scène avec Ganymède. Étant anglophone, cet ami me demanda pourquoi je ne faisais pas traduire mes romans; j’aurais sans doute plus de chance d’obtenir quelques succès ou argent. — 2014/04/12

Quatre-vingts

J’ai terminé. Et plus vite que prévu. J’avais annoncé à mon éditrice que je lui remettrais le manuscrit à la toute fin de mars. Je disais encore à un ami, hier, ma crainte de ne pouvoir tenir ma promesse. J’en étais au chapitre soixante-neuf. Mon roman en contient quatre-vingts. — 2014/03/22

Sans demeure

Il est 9 heures du matin. Le printemps lèche patiemment sa nouvelle terre. J’ai remarqué, vendredi dernier, au sortir du bureau, que la journée sortait dorénavant plus tard ses habits nocturnes. Bien que l’hiver soit loin d’être terminé, on ressent, tant dans le vent que dans les esprits, le relâchement de son étau. On a hâte au printemps, j’aspire à plus de calme. — 2014/02/23

Une méduse est...

Mon premier ex m’a demandé, il y a quelques jours, de regarder sa carte du ciel. Bien qu’il soit diplômé à l’université, bien qu’il n’y prêtera qu’une oreille officiellement discrète, son coeur le pousse à entrer dans la tente du shaman. — 2014/01/05

On remet ça

Sur le métier du roman, sept, huit, cent fois remettez votre ouvrage. Il était grand temps que je me mette à la tâche. — 2013/12/29

Des nouvelles des Mailles sanguines

Sur le métier, remettez constamment votre ouvrage. Une araignée ne se fait pas prier, elle recoud, réinvente, attend, happe, répare, telle une pêcheuse aérienne. Il en va aussi des «Mailles sanguines». — 2013/11/09

Refaire ses marques

Je termine déjà presque deux semaines chez mon nouvel employeur. On s’imagine aisément le changement de rythme, les nouvelles couleurs horaires. — 2013/10/03

Oser les sons hauts

Il fallait bien un titre symétrique juste pour le plaisir d'oser. C'est ce que je dois faire constamment durant mes cours de chant. Après avoir quelque peu apprivoisé les sons graves, moi le chuchoteur, le murmureur, voilà que mon professeur m'enjoint d'attaquer les la bémol, la, si bémol, etc. Il semble savoir où il s’en va et je me laisse peureusement mener. — 2013/05/24

Coda et sacerdoce

Le sort en est jeté, comme aurait dit l’autre. Le manuscrit final est entre les mains de VLB, le tout envoyé vendredi matin, par courriel. J’ai cherché les bonnes phrases, le bon ton pour décrire ce que j’avais fait, rassuré l’éditrice que je n’avais pas bousculé le texte, mais seulement passé l’émeri… lui expliquer que cette démarche avait été entreprise avec l’aide de Périg avant que je reçoive leur accord, qu’à partir de maintenant, je n’interviendrais sur le texte qu’à leur seule demande, etc. — 2013/05/04

L'archer

Écrire et chanter, chanter ou écrire. Cela revient du pareil au même pour moi. Je révise les Mailles sanguines, j’apprends un nouvel air. Dans les deux cas, cela me demande d’être minutieux, intense. — 2013/04/20

Cinquante pour cent

J’ai franchi ce matin le cap des cinquante pour cent de révision. Les Mailles sanguines comporte 81 chapitres ou scènes variant d’une à une dizaine de pages. Toujours muni des pages révisées par Perig, qui me remet ses corrections tous les mardis, à notre rencontre de chorale, j’ouvre le logiciel Scrivener, relis des passages, m’attarde surtout aux éléments relevés par Perig. — 2013/04/07

VLB Éditeur

Je vais certes finir par me calmer. J’ai reçu hier le contrat de VLB Éditeur. On me demandait de parapher à l’encre bleue toutes les pages du contrat, puis de signer sur la dernière. — 2013/04/06

Un éditeur dit « oui »

La réponse est finalement venue. Quelques gens, qui lisent beaucoup de manuscrits, ont décidé que le mien en valait la peine. Le contrat n’est pas signé, je ne dévoile pas tout de suite le nom de la maison d’édition; appelons cela de la superstition. Toujours est-il que je peux raconter l’histoire d’une bouteille de mousseux qui attend son heure dans le fond de mon réfrigérateur. — 2013/03/14

Les tiroirs

Le printemps arrive, l'air se fait doux, la lumière plus généreuse. J'ai rêvé de sorciers, de dangers, des situations compliquées comme seuls les rêves peuvent inventer. — 2013/03/06

Mots

Je révise Les Mailles sanguines à petits pas, à petits mots. Malgré un mal de cou proche du torticolis, malgré des yeux fatigués, malgré l'ennui d'un samedi, je plonge mon esprit, retrouve mes personnages sans doute pour une dernière fois. — 2013/02/23

Remettre à la soupe ces mots durs à cuire

Mon ami Perig a déjà révisé 70 pages des Mailles sanguines. J'ai les pages devant moi, y ai jeté un coup d'oeil hier soir, au retour de la chorale — 2013/02/13

J'avance

J'avance, certes. J'en suis moins certain lorsqu'arrive la nuit et que je m'astreins à me coucher. Si je ferme trop vite les yeux, mon corps et mon coeur se disputent les derniers instants de conscience. — 2013/02/01

La richesse du moment

Je continue de chanter, suis sorti, hier soir, heureux de mon cours. Je ne sais si j'avance vraiment, mais cet apprentissage est dans l'air de mon temps, cadrant fort bien dans cette saison de ma vie. — 2012/12/13

De la cigale et de la fourmi

J'ai passé une partie de l'après-midi à chanter, à tenter, du moins, de chanter. J'ai l'impression d'avancer autant que je recule. Parfois les notes hautes me semblent bien placées, parfois elles ressemblent à gémissement de chant de baleine. Quant aux notes graves, je semble les perdre, soudain. Et si mon professeur était à mes côtés, il n'y verrait sûrement que des sons et pas de musique. — 2012/11/29

Ma peau baromètre

Dans notre quotidien affairé, notre esprit est aux gouvernes d'un univers distrayant et sollicitant. Il est ainsi heureux que, dans les étages inférieurs, l'on s'active discrètement, à l'affût de ses émois, exécutant ses volontés, en bonne machine qui ne se plaint qu'aux heures des repas, lorsque les poubelles sont pleines ou quand les batteries doivent être rechargées. — 2012/11/27

Demander à Germaine

— Pourquoi ne demande-tu pas à Germaine? — Pardon? Ma soeur Marie me sourit. — Oui, demande à Germaine! — 2012/11/21

L'ardoise étale

Mes journées se teintent d'infimes contrastes, de vaguelettes léchant zennement la plage des heures, comme si rien n'allait se passer, comme si tout était à faire. Ce n'est ni l'aube ni le crépuscule, ce n'est rien et tout est là. — 2012/11/01

Une lettre d'amour et d'adieu

De L'Effet Casimir aux Mailles sanguines, le thème de la trahison est toujours présent. Cette lettre qu'écrivait Marthe dans L'Effet Casimir résume bien, je crois, la colère adulte engendrée par une telle blessure. — 2012/08/02

Sur mon balcon

Je me suis acheté une chaise longue. Ça et l'achat de ma planche à repasser il y a deux semaines, cela semble être le signal que je commence à m'installer vraiment dans ma maison, après quatre ans et demie... — 2012/07/23

Je ne suis pas une lecture d'été

J'ai posté cinq exemplaires des _Mailles sanguines_, le premier aux Éditions ..., dont le comité de lecture me suggérait de lui proposer une deuxième version. Deux autres exemplaires ont été envoyés par courriel à des maisons québécoises plus «jeunes». Un autre exemplaire, par la poste, à une grande et ancienne maison d'édition québécoise. Enfin, un dernier exemplaire, ce soir, à une maison française. — 2012/07/18

Avec moi, votre nom s’éteint

J'ai écrit le texte suivant il y a plus de deux ans. C'était une commande pour un forum d'idées qui devait voir le jour sur Internet. J'ai été payé pour l'écrire. Le thème: la famille. L'angle demandé : ma vision de celle-ci en tant qu'homosexuel. J'avais droit à 800 mots. — 2012/06/23

Le vide

Mon roman est en lecture chez de bienveillantes âmes. Je prends mon mal en patience. J'ai de quoi m'occuper avec un travail prenant et j'ai aussi quelques autres projets, dont faire de mon appartement un endroit plaisant à vivre. Je me remets également à lire. Non content avec ma lecture laissée en plan (Histoire de Pi trop verbeux), je me suis tourné vers Le Monde de Sophie. — 2012/06/14

Quelqu'un lit

Il m'a fallu taire le quotidien pour laisser toute la place à la révision du roman. Il m'a fallu également escamoter les grèves, les protestations, le printemps, érable ou quotidien, car il me fallait aussi arrondir le dos, absorber une surcharge de travail sans précédent. — 2012/06/02

Sensible

Est-ce la fatigue? Ou juste une propension à la sensiblerie? — 2012/04/08

Troisième refus

Le refus arriva lundi, par un courriel laconique. — 2012/04/05

L'écriture apaisée

Les saisons roulent sur un sentier cahoteux. Ce n'est pas demain que ça changera. Si beaucoup rêvent d'ores et déjà de se prélasser sur les terrasses, l'hiver n'en continue pas moins de déverser, de temps en temps, sa neige qui, en théorie, est réglementaire jusqu'à la venue du printemps. Après, on pourra chialer, mais pour l'heure, endurons! — 2012/03/15

Fiévreuses vérités

Je ne me promène plus. Je m'en désole. Je suis encore submergé par de petites et de grandes tâches. Le printemps n'en poursuit pas moins son avancée hâtive sur Montréal. Nous n'avons pas eu, pour ainsi dire, d'hiver ici. Tout juste me suis-je servi de la pelle pour dégager les escaliers. Heureusement, nous n'avons pas subi non plus des pluies interminables même si le ciel fut plus gris, il me semble, qu'à son habitude durant pareille saison. — 2012/03/09

Retrouver ses mots

Ai terminé la lecture du Gardien du feu pour me plonger aussitôt dans les Lettres à un jeune poète de Rilke. Poursuis en même temps, en parallèle, la relecture des Mailles sanguines. La comparaison des souffles d'écriture est inévitable même si les critiques, comme le suggère Rilke dans sa première lettre, sont superflues. — 2012/03/07

Pikaia

Hier soir, je me suis remis à la révision des Mailles sanguines. Je voulais écrire à ce comité de lecteur de la maison d'édition qui, sans fermer tout à fait la porte, ne l'a pas ouverte beaucoup. Je voulais leur dire que je ne me décourage pas. Mais ça ne sert à rien. Ce travail m'appartient. — 2012/03/06

Second refus

Une grande maison d'édition québécoise m'envoie sa lettre de refus, pour les Mailles sanguines. Cependant, elle y joint un commentaire d'un conseiller littéraire. — 2012/02/27

Le roman navire

J'attends une réponse comme une femme son marin. Il y a déjà trois mois que le bateau est parti et, bien qu'il y eut quelques frayeurs, rien ne vient affaiblir l'espoir. Entre-temps, il faut travailler, vivre ses jours. De toute manière, lorsque les nouvelles tomberont, ou lorsque le navire accostera, le travail reprendra, les jours redeviendront des jours. — 2012/02/06

Manuscrit récupéré

Mon ancien éditeur m'a retourné, annoté, mon manuscrit. Le colis était abimé, inséré dans une enveloppe de Postes Canada, qui présentait mécaniquement ses plus plates excuses. Il manque tout de même vingt pour cent des pages. Le paquet a visiblement chuté, l'enveloppe utilisée par mon éditeur, peu conçue pour un tel nombre de pages, s'est ouverte et une partie du contenu s'est volatilisé. Il m'a fallu une bonne demi-heure pour ordonner ce qui a pu être récupéré. — 2012/01/22

Enfermé dans le sommeil

J'ai dormi presque toute la journée, assommé par un rhume. J'ai sans doute beaucoup rêvé, car mes draps étaient, à mon réveil, malaxés et défaits entre mes jambes. Je n'en conserve toutefois aucun souvenir. Seule la chaleur de ma peau pourrait prétendre avoir connu des mers voluptueuses et gourmandes. — 2012/01/12

Premier refus

J'ai reçu ce matin, de Paris, mon premier refus. La maison d'édition est petite, s'excuse de ne publier que dix titres par année et que, forcément, ils sont très sévères. — 2012/01/11

L'hiver est arrivé. L'heure des comptes. L'attente.

C'est un peu toujours comme ça, l'hiver arrive grosso modo durant les Fêtes. Il y aura certes un redoux, mais dans l'esprit de beaucoup, cette période marque la fin de la récréation. Janvier et février nous ferons goûter à leur médecine, mais ça ne sera pas plus mal. — 2011/12/27

Comme à la gare

Nous ressentons parfois les jours comme s'il n'y avait pas autre chose à faire que d'attendre les suivants, que ce qui pourrait se passer le lendemain serait meilleur que l’actuel gris du soleil levant. — 2011/12/14

Trac et impatience

La fin de l'écriture du roman ne m'a certes pas calmé, plutôt le contraire. Le sentiment du devoir accompli s'est vite mu en trac mélangé à de l'impatience, sans oublier le doute et l'inévitable bouillonnement des comparaisons et des jalousies. — 2011/10/24

De la modestie

Ai mis rapidement en pages le roman. Il ressemble déjà à un livre, fait ainsi 216 pages, ce qui pourrait se traduire en un livre de 350 pages. Vu comme ça, tout apparaît si peu. Les pages sortaient de l'imprimante et je glissais mon regard sur les mots. J'en avais un certain malaise et vertige. Extraire ainsi des phrases n'a pas de sens, mon écriture n'aime pas les courants d'air. — 2011/10/23

Point final

Le point final a été mis au roman. Il est 11h36. — 2011/10/22

La fragilité de la fin

J'ai accompli ce que je m'étais imposé il y a deux mois, soit relire et recomposer la totalité de mon roman... avant de m'attaquer au dernier chapitre. La fin est depuis longtemps pensée et repensée. Il me fallait tout de même refaire le tour du jardin pour avoir en tête tous les éléments rassembleurs. — 2011/10/17

L'horizon atteint

Pendant quelques jours, j'ai dû travailler et retravailler un chapitre, celui-là même décrit vaguement dans le précédent billet. L'embâcle est brisé maintenant, l'eau se libère et m'emporte avec elle. — 2011/10/16

Me redonner la parole

Maintenant que mes textes dorment dans quelques bibliothèques, et que personne ne se souvient vraiment de moi, je me surprends à persister. — 2011/10/09

Reprendre le collier

Recommencer, comme s'il n'y avait que cela à faire. Je termine bientôt un sixième roman,Les Mailles sanguines. — 2011/10/08

Mu par ProcessWire Open Source CMS/CMF © 2018 Ryan Cramer Design, LLC | Ce site est hébergé chez GreenGeeks.
#1a3958
#1a3958